Est-ce que ça vous arrive d’avoir VRAIMENT le goût de faire quelque chose et sincèrement, vous ne vous rappelez plus du tout depuis quand cette envie existe? Vous savez simplement que vous avez toujours aimé ça et que vous y tenez absolument. C’est un peu ça pour moi l’écriture. Est-ce que ça a un lien avec le fait que j’ai commencé à lire et écrire très jeune? Est-ce que ça a un lien avec le fait que ma mère était professeure? Est-ce que ça a un lien avec ma passion pour les livres (plutôt chick lit je vous avouerai)? Est-ce que ça a un lien avec ma facilité à dialoguer par écrit? Qui sait. Ce sont toutes des bonnes réponses, mais tout ce que je sais, c’est que j’ai le rêve d’écrire un jour quelque chose. Puis, écrire un blogue, c’est un peu comme un premier pas vers ça.

Des blogues, j’en ai eu plusieurs. Des publics, des semi-privés et des complètement privés, passant de Livejournal à WordPress par Blogger. Et celui-ci, j’en rêve depuis des années.

Avant, on dirait que c’était vraiment plus simple. T’avais envie d’écrire, t’ouvrais une plateforme (j’avais de la facilité avec le volet technique) et voilà tu écrivais. Maintenant, ou serait-ce ma vision plus entrepreneuriale qui m’amène à penser ainsi, il faut penser à son branding, au design du blogue, à ses divers médias sociaux, à sa ligne éditoriale. C’est pas qu’on oubliait ces aspects dans le passé, non, mais on y réfléchissait après. Le besoin initial était de partager nos pensées et nos écrits. Ou est-ce qu’avec le temps, on se garde une petite gêne? Moi, ce qui m’a nuit, mais qui va m’aider par la suite, c’est ma connaissance marketing du domaine. Ça m’empêchait d’avancer. Le besoin d’atteindre une certaine perfection me ralentissait. Au point que ce blogue ne voit le jour que des années après l’étincelle de cette première idée.

Qu’est-ce qui nous ralentit et nous empêche d’avancer? La peur évidemment.
La peur de ne pas réussir.
La peur d’être imparfaite.
La peur de ne pas être à la hauteur.
La peur d’un nouveau début.

Moi je dis, cessons d’avoir peur, c’est le temps de foncer. Si vous avez un projet, GO! Lancez-vous. Vous ne savez pas par où commencer? Faites une liste, outillez-vous et n’hésitez pas à demander de l’aide. Parce que c’est normal d’avoir peur, mais ça ne devrait jamais vous arrêter de rêver.

Cette étincelle d’une première idée, vient de loin, mais clairement reflète un besoin de m’exprimer et de partager ce que je sais et ce que je vis. L’idée d’un environnement où je suis maître de mes mots et de mes actions, ça m’appelle. C’est le moment d’arrêter d’avoir peur. Je me lance. C’est un début!