Ceux qui ont mon âge et même plus, lire ce titre, c’est no big deal. 30 ans, y a rien là! 30 is the new 20, comme on dit. Et vous avez totalement raison, 30 ans ce n’est qu’un chiffre, ça ne nous défini pas. Mais si je peux être honnête avec vous, avoir 30 ans, c’était un f-ing big deal pour moi. La crise de la trentaine, je l’ai vécue pis pas à peu près.

Plus les années avançaient, plus je me rapprochais du dirty 30, et plus je freakais.
Est-ce que j’ai réussi à atteindre les objectifs que je m’étais fixés?
Est-ce que je suis rendue à un endroit satisfaisant dans ma carrière?
Est-ce que j’ai trouvé l’homme avec qui bâtir une famille?
Est-ce que j’ai assez voyagé?
Est-ce que je suis prête à avoir des enfants?
Mille et une questions qui me trottaient sans cesse dans la tête. En plus, si vous êtes workaholic ou perfectionniste comme je l’étais, ces questions doivent être mille fois pires. Croyez-moi, je sais ce que c’est.

Comme probablement beaucoup d’autres femmes, à 30 ans, je me voyais :
Mariée, avec un enfant ou deux, dans une belle grande maison, avec un petit chien et la carrière d’une fière business woman.

J’avais des objectifs peut-être un peu trop irréels ou, comme j’aime les appeler, un peu trop conte de fées (clairement, j’ai regardé beaucoup trop de films romantiques). Pas que ce soit impossible de tout avoir, au contraire, je connais beaucoup de femmes qui ont tout cela. Mais, ce n’est pas ça qui défini si tu as réussi dans la vie ou non. En fait, pourquoi se demande-t-on si on a « réussi » dans la vie? Il faudrait plutôt se demander si on est heureux ou comblé par la vie qu’on mène. Il faut aussi apprendre à être satisfait. Satisfait par ce qu’on a présentement. Et moi sincèrement, ça m’a prit du temps à accepter qui je suis, ce que j’ai et où je suis rendue dans la vie présentement. Je n’ai pas tout ce que je souhaitais avoir, mais j’ai acquis de l’expérience de vie. Et ça, ça vaut beaucoup plus que tout le reste.

C’est cette expérience et cette étape de ma vie qui m’a fait réfléchir. Pendant mes années de vie de bohème, j’ai regardé beaucoup (lire ici: énormément) de chaînes YouTube et j’ai lu pas mal de blogues. J’aime beaucoup les personnes que je suis sur le Web, mais à chaque fois, j’avais de la difficulté à complètement m’identifier à ces personnes.

Tsé, j’ai beau avoir 30 ans, j’aime encore beaucoup de choses girly et j’ai une vie assez familiale sans avoir d’enfants. Mais quand tu te rends compte que la blogueuse que tu suis et dont tu adores le contenu girly a 18 ans… Well, tu te sens vieille assez vite. Clairement, j’ai des goûts de jeune fille, mais on s’entend que je suis loin d’avoir le même budget qu’elle. Les vidéos et les articles back to school, bien que j’adore la papeterie et les outils de bureau, ne s’appliquent pas vraiment à mon quotidien. Même chose du côté un peu plus familial. Dès que je trouve du contenu de femmes de mon âge, la plupart du temps, elles sont mariées ou ont un ou des enfants. Encore là, bien que j’aille vraiment hâte d’appartenir à cette communauté de mamans blogueuses, ça ne s’applique pas à ma réalité. J’apprends beaucoup de choses et j’aime bien varier le type de contenu que je lis, mais des fois c’est le fun de pouvoir lire quelqu’un qui a la même réalité que toi.

Heureusement, il y a quand même des blogueuses de mon âge qui ont une réalité similaire à la mienne. Mais pas assez. Du moins, pas assez à mon goût. Alors je me suis dit… Pourquoi ne pas créer mon propre blogue pour rejoindre d’autres femmes comme moi?

Je ne dois pas être la seule à tripper sur les couleurs pastels, les déco gold et tout ce qui brille (bon, j’exagère, j’ai passé mon étape bling-bling). Je ne dois pas être la seule à m’habiller encore chez Forever 21 (sérieux, ce nom-là prend tout son sens quand tu dépasses les 21 ans, haha). Et je ne dois pas être la seule à tripper DIY pour ma salle de lavage, parce que sérieux, ça fait partie de mes activités quasi-quotidiennes.

Bref, parce qu’on peut avoir 30 ans, être responsable et être totalement girly!